CORRUPTION ET SCANDALES À BRUXELLES

 

 

Dans les lignes qui vont suivre, je vais vous révéler un scandale qui nous concerne tous.

Une ONG écologiste contrôlée par le lobby des industriels du plastique, ça vous semble fou ?

C’est pourtant la réalité.

Un candidat écologiste aux élections municipales belges est aussi membre de l’ONG Clean Europe Network qui lutte au niveau européen contre la pollution causée par les déchets plastiques.

Jusque-là, tout va bien.

Le problème c’est que le secrétaire général de cette même ONG est aussi secrétaire général du puissant lobby des industriels de l’emballage plastique !

Vous avez donc un candidat écologiste qui est directement au service des lobbys du plastique !

Une double casquette et un copinage qui passent mal…

Ce scandale se rajoute aux nombreuses affaires qui ont éclaboussé nos parlementaires.

Des affaires à n’en plus finir.

Mais elles ne font souvent pas la une des journaux.

Elles sont soigneusement étouffées.

Pourtant elles sont légions.

Petit rappel :

 

DES LOIS VOTÉES CONTRE DES POT-DE-VINS

 

Piège du Sunday Times : en 2008 des journalistes anglais réussissent à piéger plusieurs parlementaires européens en se faisant passer pour des lobbyistes.

Trois élus sont mis en cause pour avoir accepté des amendements contre des pots-de-vin. Deux démissionneront mais un député restera en place jusqu’à sa non réélection.

 

DES SALAIRES VERSÉS À DES EMPLOYÉS QUI N’EXISTENT PAS

 

Le lanceur d’alerte Paul Van Buitenen a révélé quantité de cas de fraudes et d’irrégularités à la commission européenne : salaires et indemnités de non-réélections abusifs, frais de bouche extravagants…

 

LES CONSTRUCTEURS AUTOMOBILE NOUS ENFUMENT

 

Dieselgate : Ce scandale ne se réduit pas à une -tristement banale- affaire de tricherie de la part de Volkswagen. Il révèle qu’en plus de consciemment contourner les lois, les géants de l’industrie automobile placent leurs juristes au cœur du système et sont en réalité à la source de la législation européenne ! 
Une de leurs nombreuses victoires ? Repousser aux calendes grecques l’adoption de nouvelles normes de pollution plus strictes, au détriment des objectifs de santé publique.

 

MONSANTO DICTE SA LOI À BRUXELLES

 

Glyphosate : Les lobbys ont réussi à autoriser le renouvellement de la licence du glyphosate pour 5 ans, malgré la pression des mouvements de consommateurs et des écologistes qui pointent ses effets nocifs pour la biodiversité et notre santé. Bayer et Monsanto se frottent les mains !

Arte a diffusé un reportage intéressant sur le problème du lobbyisme au parlement européen… et c’est bouleversant !

 

BRUXELLES, CAPITALE DU LOBBYISME

 

Le bilan est sans appel :

Bruxelles est devenue en quelques années la capitale du lobbyisme !

Juste derrière Washington…

Les corporations et les multinationales sont représentée par des dizaines de milliers de lobbyistes.

Plus d’1,5 milliard d’euros sont dépensés chaque année par ces groupes pour défendre leurs intérêts au cœur de la machine législative européenne.

Nous avons donc décidé de réagir et de dénoncer le problème de la corruption au sein de l’UE.

LE LOBBYISME DÉTRUIT NOS ÉCOSYSTÈMES , NOTRE SANTÉ ET CELLE DE NOS ENFANTS

 

 

L’heure est grave.

Cela ne signifie pas seulement que nos droits sont bafoués.

Voir les politiques abuser de nos impôts pour mener grand train, cela on s’y est malheureusement habitué !

Ce qui arrive est bien plus grave.

Bruxelles est corrompue par les lobbys jusqu’à la moelle !

L’UE laisse impunément les grands industriels :

  • rédiger les lois dans leur seul intérêt mercantile,
  • polluer nos océans et nos écosystèmes avec des tonnes de plastiques,
  • polluer l’air que nous respirons et accentuer l’effet de serre,
  • nous empoisonner avec des aliments bourrés de pesticides cancérigènes

Et bien d’autres horreurs encore…

En fait, ils hypothèquent tout simplement l’avenir de nos enfants.

Resterons-nous les bras croisés pendant qu’ils détruisent tout pour leurs profits ?

Il est temps d’agir contre la corruption dans l’Union Européenne !

Les lois doivent être là pour garantir des règles du jeu claires et simples à tous les acteurs.

Elles se doivent d’être justes.

En créant des normes et des lois qui les favorisent, les grands groupes s’affranchissent de la concurrence et de tout contrôle et s’assurent de juteux revenus.

Les problèmes de l’UE sont nombreux.

Mais le lobbyisme est peut-être le pire : il corrompt le système entier.

 

UNE PÉTITION CONTRE LA CORRUPTION ET POUR PLUS DE TRANSPARENCE

 

Le processus de formation des lois dans l’UE est complexe et opaque.

Malgré quelques maigres améliorations, le parlement de l’UE manque dangereusement de transparence

C’est ce que dit l’ONG Transparency International :

« Malgré un certain nombre de réformes prometteuses
en matière de transparence, l’éventail complet des politiques
et des décisions de l’UE reste opaque. »

 

Cette complexité attire les vautours qui savent comment abuser du système.

Bien souvent, cela entraîne des phénomènes de corruption.

Cette corruption a des conséquences graves :

–        Elle diminue le pouvoir d’achat des citoyens,

–        Elle favorise les grands groupes au détriment des petites entreprises,

–        Elle gaspille les ressources publiques,

–        Elle détruit la confiance de la population envers les institutions,

–        Et elle détériore notre environnement, nos conditions de vie et notre santé

C’est pourquoi j’ai décidé, d’agir immédiatement pour lutter contre les lobbys.

 

LA SOLUTION : L’EMPREINTE LEGISLATIVE

 

Car des solutions existent pour lutter contre l’influence des groupes de pression.

La solution que je préconise est « l’empreinte législative ».

L’empreinte législative permet d’observer le parcours complet d’une loi.

L’idée est de mettre de la transparence 

  • dans la manière dont les lois européennes sont débattues et votées,
  • Dans les interactions entre les lobbyistes et nos parlementaires,
  • Dans les dépenses de nos parlementaires.

Une transparence totale en matière de lobbying est le fondement d’un système intègre et impartial au service des citoyens européens.

Plusieurs pays ont déjà mis en place cette mesure (Canada, Royaume-uni, Lituanie…).

Il faut que le Parlement Européen fasse de même !

 

LA PREMIÈRE ÉTAPE : LA RÉFORME DU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU PARLEMENT EUROPÉEN

 

Aujourd’hui, l’enregistrement des rencontrent entre des lobbyistes et des parlementaires n’est pas obligatoire.

Leur accréditation officielle non plus, et ne fait donc l’objet d’aucune amende en cas d’infraction.

Le respect de ces règles élémentaires est simplement « encouragé »…

On se contente de dire que les députés « devraient » adopter certains comportements…

Et comme de mauvais élèves, ils ne respectent pas toujours le règlement intérieur.

Tout simplement parce qu’ils ne sont pas contraints de le respecter, pas plus qu’ils ne sont punis en cas de fraude avérée !

Le Parlement est conscient de ces failles.

La Commission des Affaires Institutionnelles (AFCO) a travaillé sur la réforme du règlement intérieur du Parlement européen.

Ce sont un peu les délégués de classe, les « bons élèves ».

Les amendements qui nous intéressent concernent l’article 11, qui traite des « Intérêts financiers des députés et règles de conduite ».

La commission propose les amendements 65 à 70 pour assurer plus de transparence.

Je les ai épluchés un à un, il s’agit :

  • D’inclure des pénalités en cas d’infraction de la part des parlementaires,
  • De rendre obligatoire le fait de ne se référer qu’à des lobbyistes enregistrés,
  • De rendre obligatoire la publication sur le site du Parlement des rencontres avec des représentants de groupes d’intérêt,
  • D’utiliser leurs frais généraux en suivant les principes déjà applicables pour le financement des partis politiques,
  • Et enfin de rendre public leurs dépenses de frais généraux.

Ce serait une première étape significative vers plus de transparence !

 

UNE PREMIÈRE VICTOIRE LORS DU VOTE DU 6 DÉCEMBRE !

 

Une première étape a été effectuée lors de l’assemblée de l’AFCO du 6 décembre.

Les amendements ont été acceptés à UNE VOIX !

Le vote était tellement serré qu’ils ont dû demander un vote électronique pour éviter un mauvais comptage des mains levées.

Un tel résultat montre clairement le problème qui règne dans l’Union Européenne : ils ne souhaitent pas être transparents.

La prochaine étape se fera devant le parlement européen en janvier prochain.

Ils doivent valider les modifications proposées par la Commission des Affaires Institutionnelles et, aux vues de ce dernier vote, le résultat risque d’être également serré. 

Il s’agit pour nous de ne rien lâcher et de peser de tout notre poids pour faire pencher la balance !

Pour rappeler aux parlementaires qui ils représentent :

Nos intérêts, pas les leurs.

 

SIGNEZ NOTRE PÉTITION CONTRE LE COPINAGE À BRUXELLES

 

Pour enfin mettre un terme aux lobbys qui agissent dans l’ombre.

Nous lançons donc une grande pétition.

Pour une véritable transparence au Parlement Européen.

Cette pétition est donc un cri d’alerte lancé aux parlementaires européens :

« Cette façon de fonctionner doit s’arrêter ! 
Nous pouvons changer les choses ! »

Et le premier pas est d’exiger que ces amendements soient votés.

Contribuez à ce mouvement en signant notre pétition « Stop corruption à Bruxelles ».

Nous avons besoin d’un maximum de signatures pour faire bouger les lignes !

Pour démultiplier le poids de cette initiative, partagez-la autour de vous !

Chaque signature compte.

Vous pouvez partager la pétition sur les réseaux sociaux en cliquant sur ces icônes :   

Merci à vous,

Frédéric Duval


Cette pétition a été initiée par Frédéric Duval, rédacteur de la newsletter Le Vaillant petit économiste. Plus d’information et contact : www.le-vaillant-petit-economiste.com